Nouvelles du Liban

Nouvelles du Liban

Si depuis plus d’un an, le virus ne nous a pas épargnés, il en a été de même  pour nos partenaires. Contre vents et marées, ils continuent inlassablement à aider les populations les plus vulnérables, faisant face de leur mieux aux nombreuses embûches.

 

Kassem AINA, directeur de l’association libano-palestinienne Beit Atfal Assumoud et notre partenaire de longue date, nous a envoyé récemment une description émouvante de la situation au Liban. 

 

«  Chers amis et partenaires, 

Malheureusement, il est souhaitable pour vous tous de reconsidérer les voyages  au Liban dans le présent. Cela est dû au COVID-19, à la criminalité, aux conflits armés potentiels et aux troubles civils. Ce sont des conséquences naturelles de l’augmentation de la pauvreté, des conflits politiques et de l’absence de gouvernement. Les rapports de presse et les analyses indiquent un chaos généralisé dans les rues, associé à la lutte pour le pouvoir dans le pays. 

 

=> Augmentation de la violence attendue 

 

Les autorités locales de sécurité ont noté une augmentation récente des crimes violents, y compris la violence politique. De nombreux meurtres non résolus au cours des derniers mois au Liban peuvent avoir été motivés par des motifs politiques, comme cela a été rapporté. 

Les analystes ont émis l’hypothèse que certains groupes armés pourraient mener des attaques contre des sites touristiques, des marchés / centres commerciaux et  des installations gouvernementales locales. 

Les conflits familiaux, de voisinage ou sectaires s’intensifient rapidement et ont  parfois conduit à des coups de feu ou à d’autres violences. Des affrontements armés ont eu lieu le long des frontières, à Beyrouth et dans des camps de réfugiés.  Les Forces militaires libanaises ont été engagées pour réprimer la violence dans de telles situations. 

Il y a de fréquentes manifestations au Liban. Les manifestants bloquent les routes  principales, y compris les voies de communication vers les principales villes du  Liban, bloquant l’accès aux provinces du nord, du sud et de la Bekaa, en plus de  séparer les régions de Beyrouth à l’aide de pneus évasés. 

La hausse de l’inflation, de la pauvreté et du chômage augmente la probabilité de vol et de pillage 

Les incidents graves de crimes violents tels que les vols et les voies de fait sont plus  fréquents au Liban, mais toujours à des niveaux insignifiants pour le moment.  Le gouvernement libanais ne dispose pas de réserves d’urgence suffisantes pour  50%, les pillages et les émeutes de la faim sont devenus scènes fréquentes dans les supermarchés. Le vol et le vol à main armée ont déjà fait les manchettes des  journaux. 

 

=> Risques de guerre 

 

Les risques de guerre entre Israël et le Liban sont très élevés. Une guerre, si elle se  produisait, entraînerait des dommages importants aux infrastructures libanaises.  Selon les analystes politiques, il y a une probabilité accrue d’éclatement d’une  guerre entre Israël et le Hezbollah car le Premier ministre israélien est plus suscep tible de répondre avec une force disproportionnée en raison de la pression crois sante au niveau national. 

Sur la base d’observations et d’analyses, il est peu probable qu’une guerre civile se  produise. Cependant, il existe un risque élevé de combats intra-factionnels locali sés impliquant des armes légères et des explosifs contre des actifs affiliés au parti.  Les risques impliquent des opérations d’assassinat contre d’éminents dirigeants  politiques. 

 

=> Stabilité sociale brisée 

 

Les manifestations populaires contre les impôts, la corruption, la médiocrité des  services et les restrictions sur les retraits bancaires ont commencé le 17 octobre  2019 dans tout le pays. L’explosion du port de Beyrouth a révélé davantage la corruption au sein de la direction politique. Les obstacles à la formation d’un gouvernement, la mauvaise gestion des crises, les pénuries alimentaires et les hausses de  prix conduisent à une intensification des manifestations et des émeutes de la faim.  Dans de telles conditions, le risque de combats entre partisans rivaux est élevé. 

Les réfugiés palestiniens au Liban sont les plus touchés 

Les réfugiés palestiniens qui souffrent depuis longtemps dans les camps sont directement influencés par la sécurité du pays, les problèmes sociaux et économiques et  les troubles civils. La pauvreté a frappé la communauté des réfugiés deux ou trois  fois plus que les Libanais, atteignant plus de 80%, selon les rapports de l’UNRWA. 

Les camps surpeuplés accueillant des réfugiés de Syrie (Palestiniens et Syriens)  vivent sous tension depuis 2011. Avec la propagation du COVID-19, le nombre de  cas infectés et de décès parmi les Palestiniens est plus du double du taux de 1%  au Liban. Sous la pression de la situation économique, les réfugiés palestiniens  dans les camps ont tendance à négliger les mesures de sécurité nécessaires pour  se protéger de la pandémie. Ils donnent la priorité à fournir de la nourriture à leurs familles plutôt que de rester à  la maison ou de dépenser de  

l’argent pour des articles d’hygiène, des désinfectants et des masques faciaux. 

Dans cet environnement de  maladie, de manque d’emplois,  de pénuries alimentaires, de hausses de prix et de troubles, les tensions internes entre les communautés partageant le petit  

espace se sont intensifiées. 

 

=> La violence émerge largement dans les camps 

 

Marginalisés, privés de droits,  piégés dans les camps ! Les réfugiés palestiniens vivent dans un environnement qui est plus susceptible d’entretenir des comportements à risque de délinquance et de crime, en particulier parmi les jeunes. 

Les camps de réfugiés ne sont pas exempts du chaos qui règne au Liban. L’augmentation de la violence domestique et dans les rues a été fréquente. Au cours de l’année écoulée et au début de 2021, plusieurs cas de meurtres dans les camps ont fait l’actualité nationale. Certains de ces crimes étaient à l’origine de vols, tandis que d’autres auraient été le résultat de conflits familiaux ou «d’arguments» de trafiquants de drogue. En outre, les victimes de violence sexiste ont récemment augmenté, selon les rapports. 

En bref, les crises ont exercé une forte influence sur les communautés de réfugiés palestiniens au Liban, comme le démontrent une augmentation de la consommation de drogues et du tabagisme, une augmentation de la dépression et des troubles mentaux, des tentatives de suicide chez les jeunes et une augmentation des problèmes domestiques conduisant aux divorces et à la désintégration familiale ». 

 

Kassem dresse un état des lieux clair, honnête et particulièrement dramatique de la situation sur le terrain. Une situation à laquelle lui et son association essaient de répondre au jour le jour avec leurs assistantes sociales, leurs éducatrices, formatrices et personnel soignant.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0