Témoignage d'un parrain ADPM

Pour nos vacances à Kigali au mois  d’octobre, nous avions besoin d’un  cuisinier. Mon fils et moi, nous nous  sommes alors naturellement adressés au projet de formation en cuisine de jeunes issus de milieux défavorisés soutenu par ADPM où nous  sommes bénévoles et parrains.  ADPM nous a alors mis en contact  avec sa représentante au Rwanda,  Madame Nadine Ingabire.  

Celle-ci nous a rapidement proposé James Nzamurambaho, un jeune fraîche ment diplômé et encore sans emploi. Le contact avec James fut aisé et nous  nous sommes très facilement mis d’accord sur les modalités de son travail. 

Nous avons apprécié non seulement les qualités culinaires de James mais éga lement sa gentillesse. Il est aussi très poli, serviable, honnête et il se débrouille  en Français. Si nos vacances au Rwanda avaient duré plus longtemps nous lui  aurions donné sans aucune hésitation un emploi plus long ! Nous espérons qu’il  a été aussi satisfait que nous : - )  

Nous saisissons l’occasion pour remercier Madame Ingabire et ADPM.  

Nous avons remis à James une attestation de service rendu qui, nous l’espérons,  l’aidera à trouver un bon emploi. Et il va sans dire que nous sommes prêts à renouveler l’expérience à nos prochaines vacances au Rwanda !  

Un parrain ravi, Bernard Kamp" 

Quel beau témoignage sur la pertinence et la qualité de notre formation en arts culinaires au Rwanda. Les jeunes formés peuvent facilement décrocher un emploi dans le secteur Horeca ou dans le privé. Leur savoir-faire, leurs connaissances en matière d’hygiène surtout en cette période,

sont des compétences inestimables et recherchées. 

Malgré la Covid 19, la formation se poursuit. Un nouveau groupe de jeunes a initié la formation, malgré le confinement imposé par le Rwanda à sa population. Les cours théoriques se font à distance, via des écrits et des entretiens ou vidéos Whatsapp. La pratique débutera intensivement

dès que cela sera possible. Nos partenaires se sont adaptés, comme ils le pouvaient, aux circonstances. Bien sûr, les moyens, ne serait-ce qu’en équipements informatiques ou digital, ne sont pas comparables aux nôtres mais ils ne renoncent pas. Et nous non plus !